A en perdre la tête

Chacun a sa botte secrète lorsqu’il s’agit de porter l’estocade au Président. Et ça frappe, d’estoc et de taille. Entre fin octobre et fin novembre 2012, Hollande a été comparé successivement à Robespierre et à Louis XVI. Le bourreau et, en même temps, sa victime ? Facile en tout cas de placer le curseur de l’échiquier politique pour les deux auteurs.

Parce que je ne supporte pas Copé, j’ai mis un point d’honneur à comprendre pourquoi sa comparaison faisant de Hollande un coupeur de tête ne tient pas la route, en quoi son rapprochement peu pertinent est carrément un non-sens et ne vaut pas un kopec.

Et comprendre, c’est avant tout un peu apprendre.

  1.  Le Robespierre de Joël Schmidt en folio biographies, dont je n’ai retenu que quelques miettes. Trop de références à la Rome Antique qui m’échappent, références indispensables semble-t-il pour  cerner l’Inconnaissable, pétri  d’humanités et admirateur enthousiaste de Caton d’Utique.
  2. http://www.franceinter.fr/em/la-marche-de-l-histoire/104739 (léger mais agréable)
  3.  http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Au-coeur-de-l-histoire/Sons/Robespierre-l-incorruptible-545435/ (plus complet et sympa)
  4. Robespierre par Henri Guillemin http://www.youtube.com/watch?v=XiM74n8I2Gc (extraordinnaire mais peut-être un peu fantaisiste).

Parce que je n’apprécie pas spécialement Mélenchon, je me suis contenté d’adhérer (sans effort) à un texte de Duhamel (http://www.liberation.fr/politiques/2012/12/05/louis-xvi-les-sans-culottes-et-francois-hollande_865372) qui défend l’idée d’un Hollande rusé et plein de convictions, très éloigné de l’image d’un roi faible et passif.

Laisser un commentaire