De sof à Tom, de Domi à Clem, du coq à l’âne

Règles d’un jeu amusant, appelé « le coq-à-l’âne », trouvé dans le supplément du livre Histoire de Sindbad le marin chez Folio Junior :

on passe graduellement d’un mot à un autre du même nombre de lettres et, pour former les mots intermédiaires, on ne peut changer qu’une lettre à la fois et on peut permuter les lettres à volonté. On ne tient pas  compte des accents et toutes les formes verbales sont admises.

Par exemple, on a la suite de mots : coq-cor-car-are-âne.

Autres exemples, de bric et de broc :

  1. Sof-sot-Tom
  2. Domi-demi-miel-Clem. Variante : Domi-dôme-mole-Clem
  3. en ce we pascal : rameau-rateau-traque-vaquer-(tu)vaques-pâques
  4. ça me donne une idée : une question bonus (1 point) dans le prochain partiel. Passer de proba à stats. Solution possible : proba-probe-sobre-sabre-(tu)rates-(tu)tâtes-stats.
  5. Yes, j’ai même des exemples dans la langue de Shakespeare : dad-mad-mud-mum ou, en plus fun, face-fake-cake-coke-(to)cook-book.

Ce jeu aurait pu s’appeler « proue-à-poupe », ou « bâton-rompu ». Tiens : bâton-maton-matou-moula-moule-roule-morue-rompu.

Mise à jour 3/04 : un élève propose : proba-(il)prosa-(il)posta-(il)pesta-états-stats.

 

Laisser un commentaire