Le dernier chat noir – E. Trivizas – Edition du jasmin (2/2)

 » Quels animaux êtes-vous ? s’enquit un jour le vieux cheval à la patte blessée, dont les yeux malades ne voyaient plus très bien.

- Des chats.

- Noirs ?

- Oui.

- De ceux qui portent la poisse, à ce que l’on dit ?

- De ceux-là ! Mais ce que l’on dit n’est pas vrai…

- Je le sais bien.

- Qu’en sais-tu ?

- Les hommes disent n’importe quoi…ils croient dur comme fer, les insensés, que les fers à cheval portent chance…Moi, par exemple, j’ai quatre fers aux pattes, et voyez où j’en suis  !…une patte folle, des yeux foutus, un avenir opaque…Les fers à cheval portent chance ? Ah ! Laissez-moi hennir ! »…

…Nous nous apprêtions à prendre la direction de l’étable, quand nous entendîmes une détonation…Les quatre « porte-bonheur » qu’il avait aux sabots n’avaient pu le sauver de la cruauté des hommes. (p. 168)

 

Dénonciation des croyances et superstitions des hommes (souvent absurdes), sous la forme d’une petite fable.

Autre leçon de vie qui s’impose de façon cyclique tout au long du roman : l’aide ou le secours à autrui est récompensé(e), parfois de façon improbable ou inattendue, par une action réciproque de même nature. Renvoi d’ascenseur. « Les bonnes actions se répondent. »

  1. Lorsque le narrateur (chat noir de gouttière) épargne la souris Chapardeuse (p.13) et le pivert Troufion (p.23), il ne se doute pas que ces derniers (qui auraient  pu être un petit en-cas) seront des alliés irremplaçables pour sa survie. (p.57-60, p.205, p.245)
  2. Lorsqu’il requinque Goudron après un suicide manqué , il ne se doute pas que c’est ce même Goudron qui lui remontera le moral après la mort de son ami Chopin. Désespéré sur un pont, il est irrésistiblement attiré par les eaux tumultueuses et aurait pu y laisser sa peau sans l’arrivée de son pote. (p.116)
  3. Après qu’il a intervenu pour sortir le chat chapardeur Frédéric Firenze des griffes de l’épicier à qui il a volé du sucre, il a droit au secret de son collègue qui est persuadé d’avoir concocté une potion magique de blanchiment, véritable élixir de survie pour un chat noir. (p.143)

 

Laisser un commentaire