Narcissisme et blessure

La pratique est courante : on tape son nom dans google, on scrute (fébrilement) les liens qui pointent vers son blog, sa page facebook, son site … et on tempête lorsqu’un homonyme nous vole la vedette.

Il y a un biais flagrant dont on s’ accommode en général facilement : un nombre de citations, fût-il énorme, n’est pas une caution de qualité et ne fait donc pas de nous une référence.

Ce coup de canif  à la couche de narcissisme dont on s’enveloppe avec volupté, nous égratigne lorsque, dans un moment de lucidité, on réalise que notre contribution est banale, n’apporte rien à la « collectivité », ne mérite donc pas d’être rendue publique.

Parfois l’écorchure, qui est au départ anodine, se transforme en plaie. On remarque par exemple que le voisin, qui se distingue significativement  par ses idées,  son originalité…, dont le talent est reconnu par des gages autrement fiables qu’un simple indice-google de notoriété, n’apparaît même pas sous les radars des moteurs de recherche. Et -putain de merde- cela ne semble même pas l’émouvoir.

Laisser un commentaire