Rome, avanti !

Rome croisée, Rome suivie, Rome embrassée. Cela suffira-t-il pour que, au début de l’été, le blog Deux oiseaux exprime dans son ramage :  « Roma rima avec Amor » ?

Selon mon guide, il faut convoquer quelques fantômes pour comprendre la Ville Eternelle et faire de Roma un palindrome. Alors, avant mon tête à tête avec Rome, bille en tête, je formate ma petite tête, souvent en panne d’imagination, à coups d’anecdotes historiques ou légendaires.

Et, de tête, il va falloir saluer :

- des têtes couronnées : Charlemagne, Charles Quint…

- des têtes coupées : St Paul…

Paul

-des têtes renversées : St Pierre…

Pierre

-des têtes chevelues : le Gaulois Vercingétorix emprisonné (1 siècle avant les têtes auréolées Pierre et Paul) dans la prison Tullianum

-des têtes bosselées : Galilée et sa mathématisation du mouvement…

-des têtes barbues tournées vers le ciel : Michel-Ange qui peint le plafond de la chapelle Sixtine

-des têtes à baffes : Mussolini…

Pour éviter le synd-rome de Florence ou le syndrome de Jérusalem, je quitterai volontiers la sainte Rome et la Rome Antique pour une résurrection  renaissance dans une Rome moins feinte ou plus rom-antique. Dans une Rome plus terre à terre, quand le baroque en art laissera place à du loufoque au bar, Néron/le pouvoir/l’empire à du pébron au comptoir en pire, la « pope culture » à la culture pop.

Je ferai des allers-retours entre la cène/les Apôtres/les épîtres et une scène à potes et pitres. Le pain et le vin contre pasta et San Pellegrino.

Un tableau de Cornelis van Poelenburgh (Amen !) qui plante le décor :

pipi

Afin de ne pas prendre des vessies pour des lanternes, je partage la « déclinaison latrine : Vespa, Vespasien, vespasienne » (lue sur un forum !). L’occas aussi de rappeler mon slogan : (Avec ou) Sans PQ, Rince.

Laisser un commentaire