Archive pour mai 2015

T’y tiens, à Titien ?

Mercredi 27 mai 2015

Deux statues antiques incontournables au musée Pio-Clementino du Vatican.

ALI217183Laocoon

Le torse du belvédère et le Laocoon, cités tous les deux dans une même peinture :  Le couronnement d’épines de Titien. (cf Titien, I.G. Kennedy, Taschen)

FC LAROUSSE 3087

Sous la férule de Tibère (deuxième empereur de Rome), le Christ apparaît tordu de douleurs comme Laocoon tandis que le buste du Belvédère inspire le dos musculeux du brutal à gauche.

D’où la fondamentale question du jour : est-ce qu’un Titien vaut mieux que deux tu l’auras ?

Deuxième question : « Hagarde » bien ce visage hirsute. A qui te fait-il penser ?

tetelaocoontetejésus

Indice : un célèbre « roi » déchu d’Irak :

saddam

Troisième question : alors, Jésus roi ?

C’est ce que confirment les quatre lettres I-N-R-I qui figurent sur les crucifix : Jésus de Nazareth Roi des Juifs.

En même temps, son intronisation relève de la farce : il revêt moins le costume du roi qu’un déguisement, à son corps défendant. En plus de la couronne et du manteau de pourpre, on lui donne un bâton en guise de sceptre.

Digression : un autre rapproche-ment entre Laocoon et Jésus.

Le bras droit levé du prêtre troyen fait penser à celui de Jésus dans le Jugement dernier 

Jésus

(Jésus et Marie en danseurs de flamenco, OLÉ !)

 

 

Eglise baroque à Rome

Dimanche 24 mai 2015

Qui dit église, dit pape François, dit St François d’Assise, dit ordre mendiant et voeu de pauvreté.

Mais alors, le contraste est saisissant, entre ce dénuement (christique) auquel invite l’Eglise et les ors de quelques chiesas romaines. Abondance, exubérance, surcharge des décorations : on est au coeur de l’art baroque.

On a une vague idée du contexte historique dans lequel naît le baroque. Alors que Luther, Calvin et leurs épigones, indignés par le commerce des indulgences (en particulier en vue de la (re)construction de la basilique St-Pierre), remettent en cause la hiérarchie ecclésiastique et veulent faire de la bible leur unique guide, les jésuites de Ignacio de Loyola contre-attaquent au service du pape et réaffirment le culte de Marie et des saints. Pour séduire le fidèle égaré sur les terres protestantes, s’impose une propagande basée sur l’image. Rien n’est trop beau pour gagner les coeurs.

Il n’empêche que l’expression « église baroque » est une drôle d’association de mots, le chaud et le froid juxtaposés, l’austérité et l’ostentation côte à côte : un oxymore. Dans l’ordre chronologique du séjour, on a déambulé dans St André-de-la-vallée, St Ignace de Loyola et Gesù.

1) On se déplace dans la nef de St-André-de-la-Vallée et on est victime d’un tourbillon ascendant lorsqu’on piétine sous la coupole, la pomme d’Adam tourné vers le ciel. La peinture en spirale au plafond et la position instable du spectateur donnent le tournis. L’illusion d’une aspiration vers le ciel fonctionne bien. Les voûtes envoûtent. Alors, on se pose sur un banc, s’allonge pour chercher l’équilibre, vaincre le vertige et mieux poser son regard sur la coupole. Pas le temps de passer au crible la composition, pas le temps de déceler les ficelles de la mise en scène, un curé intervient promptement et exige avec autorité la position verticale.

Cupola_of_Sant_Andrea_della_Valle

2) La visite est encore plus spectaculaire dans l’église St-Ignace-de-Loyola.

Sant_ignazio_ceilingTriumph_St_Ignatius_Pozzo

Spectacle d’illusionnisme d’excellente facture, qui amène une vive discussion entre Cyril et Dom pour savoir si le plafond est plat ou en berceau : Cyril, oeil de Lynx, a vu la surface semi-cylindrique, le trompe-l’oeil de Pozzo a pris Dom dans ses rets.

Discussion

De la verticalité encore : un temple à ciel ouvert prolonge l’architecture de l’édifice et le spectateur – exposé (comme les 4 continents) à la lumière divine qu’irradie le coeur d’Ignace de Loyola – est encore une fois happé par la perspective, par la profondeur, vers Jésus, vers le fondateur de la compagnie des jésuites, vers le paradis.

Paradis artificiel via une extension du plafond à l’infini : aucun doute, l’Eglise est l’un des premiers virtuoses de la société du spectacle.

Parenthèse : cette perspective avec prolongement de la structure fait penser à l’École d’Athène peinte par Raphaël au Vatican (Renaissance). Cette fois-ci, l’artiste a creusé un temple fréquenté par d’illustres Grecs dans un mur latéral de la Chambre de la Signature.

chambre de la signature

3) Spectacle toujours à l’église du Gesù avec le plafond de Gaulli.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Difficile de régler l’autofocus de sa mirette ; la mise au point est mise à mal par les violents contrastes : avalanche écrasante de personnages, dont certains sculptés sortent et envahissent notre espace, et simultanément un tourbillon ascendant vers la lumière divine. Une kyrielle excentrée d’anges et autres créatures sont projetés vers le sol alors que le spectateur est injecté au centre dans la composition. La fresque dégueule du cadre, c’est à la fois pénétrant et écoeurant. On est débordé, et, toujours selon une logique oxymorique, les frontières se brouillent entre peinture et sculpture, espace de l’artiste et espace du spectateur, proche et lointain, terre et ciel.

« Je ne tiens pas debout, le ciel coule sur mes mains »

En définitive, l’oxymore est la principale figure de la « rhétorique baroque ».

 

 

 

Rond comme…Rome

Vendredi 22 mai 2015

1) Rond comme la lune sur le colisée.

Pleine lune pour notre première soirée à Rome. L’astre mort, l’astre des ruines en action. Grandeur et silence, grandeur et décadence, vision rom-antique

coliseelune

On peut citer Lamartine :

Ici, de voûte en voûte élevé dans les cieux,
Le monument debout défie encor les yeux
Le regard égaré dans ce dédale oblique,
De degrés en degrés, de portique en portique,
Parcourt en serpentant ce lugubre désert,
Fuit, monte, redescend, se retrouve et se perd.

Pleine lune donc sur le Colisée et on s’amuse à la coincer dans les niches (là où il y avait des statues de bronze au temps des empereurs), à la placer aux fenêtres du 4ème étage à défaut de la fixer en bouclier décoratif sur la façade.

COLISEE-3D-FACE

2) Rond comme un oeil.

Lune encore, en plein jour cette fois-ci, avec l’oculus du Panthéon percé dans un dôme en forme de soucoupe volante

panthéon

Dôme du Panthéon, du Janicule

pantheonjanicule

ou de la terrasse du château (rond !) Saint-Ange (photos trouvées ici)

terrasse du chateau st angeange

Vu à la Basilique Ste-Marie-Majeure

stemariemajeure

un oeil cerné par un triangle. Celui du Dieu omniscient,  du Dieu 3-en-1 (père, fils et St-esprit),

ste-marie-majeure-oeil

qui fait un clin d’oeil cyclopéen à Cyril :

oeil

Un mot sur la trinité symbolisée par le triangle : elle est toujours évoquée à Ste-Marie-Majeure par une mosaïque représentant la visite de 3 anges/Le SEIGNEUR à Abraham.

Hospitalite-d-Abraham--mosaiques-de-Sainte-Marie-Majeure-

On annonce à Abraham qu’il va avoir un fils.

« Or Sara écoutait à l’entrée de la tente, derrière lui. Abraham et Sara étaient vieux, avancés en âge, et Sara avait cessé d’avoir ce qu’ont les femmes. Sara se mit à rire en elle-même et dit: « Tout usée comme je suis, pourrais-je encore jouir? Et mon maître est si vieux! » Le SEIGNEUR dit à Abraham: « Pourquoi ce rire de Sara? Et cette question: Pourrais-je vraiment enfanter, moi qui suis si vieille? Y a-t-il une chose trop prodigieuse pour le SEIGNEUR? A la date où je reviendrai vers toi, au temps du renouveau, Sara aura un fils. » Sara nia en disant: « Je n’ai pas ri », car elle avait peur. « Si! reprit-il, tu as bel et bien ri. »

Aahh, God is watching you !

3) Rond comme une pièce de monnaie. Et c’est l’image qui vient à l’esprit (saint ?) lorsque le dôme de la basilique Saint-Pierre apparaît dans un trou de porte sur l’Aventin, comme frappé sur une médaille.

basiliquepiècebasiliquetrou

4) Rond comme un dôme

A part celui de la grande synagogue du ghetto juif (qui est carré), les nombreux dômes de Rome sont tout en rondeur.

TomclemPalatin

(synagogue et basilique St-Pierre du Palatin)

On parvient même à pénétrer la « calotte » de la basilique St-Pierre et à la remonter jusqu’à la lanterne.

5) Rond comme une ellipse (sous la lune)

a) Vague forme ovale pour le Circus maximus et la place de Navone.

Navone

b) Sur la place St-Pierre, on se met à un foyer de l’ellipse et – effet d’optique souhaité par le Bernin – on ne voit qu’une rangée de colonnes sur les 4.

c) si le cercle est la forme géométrique la plus démocratique, avec aucun point privilégié, on comprend que l’empereur Vespasien n’ait pas souhaité un amphithéâtre rond mais qu’il ait déformé le cercle pour bien marquer l’hétérogénéité sociale des spectateurs.

Retour donc sur le colisée, de forme elliptique, éclairé au début du séjour par un disque lunaire plein.

La boucle est bouclée.

 

 

 

Où est Charlie ?

Lundi 18 mai 2015

Last_Judgement_by_Michelangelo

Au dessus de l’autel de la chapelle sixtine, le Jugement dernier. Dans ce fourmillement de personnages,

1) où  est Jésus ?

Indice : un « portrait robot » vu dans l’église gothique Ste-Marie sur Minerve (proche du Panthéon, derrière l’éléphant blanc surmonté d’un obélisque)

christ_michelange_1591santa-maria-sopra-minerva_3814

Digressions :

1) Le cache-sexe, rajouté à la statue par quelque père-la-pudeur, ne doit pas être confondu avec le voile de Véronique.

Véronique (vera icon = vraie image) est celle qui essuie la sueur de Jésus (dans l’ascension du mont Golgotha) avec son fichu, sur lequel s’imprime le visage du Christ.

Jésus avec une tête de gland, ce serait un « scherzo » (blague)

scherzo

(Scherzo, ou les tourments de la chair, Michel-Ange)

2) En parlant de glands, on en voit sur le blason de la famille Della Rovere de Savone qui compte parmi ses membres les papes Sixte IV et Jules II.

Blason_famille_it_Della_Rovere01

Aussi – question d’ « HERALD-DICK »- Michel-Ange n’hésite pas à en faire figurer sur la voûte de la Sixtine, des petits et des plus gros en bottes.

glands

Réponse :

Jésus

2) où se trouve St Blaise ?

Indice : si on gomme mentalement les voiles qu’a rajoutés Daniele da Volterra dit « la braguette » sur certaines parties intimes, on repèrera à l’aise Blaise dans une scène de sado-masochisme.

Réponse : sodomie, labourage du dos de Sainte-Catherine avec des peignes en fer et castration de Blaise avec une roue dentée.

peigneVSroue

3) Autre scène de sado-masochisme (sodomie et coup de bâton à 2 contre 1) dans le Déluge

canot

Pour contrebalancer ces scènes scabreuses et violentes, un passage de solidarité et d’entraide :

solidarité1

qui fait penser au naufrage/sauvetage des migrants en méditerranée fin avril

naufragemigrants

 

 

Selfie et Création d’Adam

Mercredi 13 mai 2015

Deux scoops :

1) L’Homme est génétiquement, fondamentalement narcissique.

2) Si Léonard de Vinci a inventé le char d’assaut, Michel-Ange est le concepteur de la perche à selfies.

Pour ceux qui, comme Thomas, ne croient que ce qu’ils voient, la preuve en couleurs :

Adam

Selon une interprétation largement répandue de la diagonale blanche, le ciel blanc où flotte Dieu est une sorte de miroir puisque Dieu crée l’Homme à son image. Les regards tendres échangés entre père et fils et leurs index qui se cherchent pour se caresser traduisent ainsi aussi bien l’amour filial (au mieux) /incestieux (au pire), que l’amour d’Adam pour lui-même. Adam est Narcisse !

Cela conduit directement au selfie (mis à l’index ?), manifestation éclairante/ »flashisante » (fascisante même pour les contempteurs les plus endurcis) de son amour de soi. A Rome, nombreux sont les touristes croisés tendant à bout de bras leur perche à selfies.

selfie

Qui est le nouveau dieu de ces ego-portraitistes ?

Indice : on connaît son prophète

jobmoise1

 

La maja papa

Mardi 12 mai 2015

Que Michel-Ange soit un farceur/provocateur/insolent est largement confirmé lorsqu’on traverse la Chapelle Sixtine, nuque malmenée par le poids de la tête tournée vers le plafond ou les yeux noyés dans son Jugement dernier.

Des tonnes de chair nue, dans des positions parfois suggestives, ça crève les yeux. Mais aussi, des révolutions cosmiques autour du soleil/Jésus à une époque où l’héliocentrisme est rejeté par l’Eglise.

Michel-Ange est donc un sacrilège, un profanateur.

On raconte que Michel-Ange, au fait de l’erreur dans la traduction de l’Exode keren = cornes au lieu de karan=rayon, affuble quand même son Moïse de 2 excroissances :

moise-corne

(détail du tombeau de Jules II, basilique de St-Pierre-Aux-Liens)

C’est laid mais il n’y a pas de quoi casser 3 pattes à un canard. Plus licencieuse est sa représentation du pape Jules II.

En priant ? En gisant ? Non, en geyser !

jules2

On dirait presque notre Maja Mimi, ici au sommet du Janicule :

Maja Mimi

 

 

Jeu de piste

Mardi 12 mai 2015

Pour pimenter le séjour à Rome, je me suis fait un jeu de piste.

Quo vadis, Dominique ? = où vas-tu, Dominique ?

Trouver Pierre. Pierre à Rome, c’est l’histoire de Pierre et…la louve.

En plagiant l’évangile de Jésus-Christ selon St-Matthieu chap 16 : « tu es Pierre et sur cette pierre je poserai ma valise. »

Premier indice : prison.

Après avoir observé les veilles pierres (Colisée, l’arc de Constantin, le Palatin, l’arc de Titus et le forum Romain), je gravis la colline du Capitole (derrière Il Vittoriano). Je prends soin d’éviter toute pierre d’achoppement et, en particulier, la roche tarpéienne. Je tombe sur la prison Mamertine (à quelques encablures de la louve capitoline). Vercingétorix y est passé après la défaite d’Alesia en -52 (avant d’être étranglé et exposé dans les escaliers des gémonies), le citoyen romain Paul y séjourne aussi avant de perdre sa tête.

Deuxième indice : évasion.

J’ai aperçu la délivrance de St Pierre, fresque de Raphaël dans une des chambres du palais apostolique au Vatican.

Deliveranceofstpeter

Un ange endort les geôliers et rompt les chaînes. Même thème dans la basilique Saint-Pierre-aux-liens :

delivrance-PierreBSPAL

Troisième indice : le martyre. Pierre demande aux soldats de Néron une crucifixion tête en bas (pour ne pas paraître égaler son maître).

J’ai raté le tableau du Caravage à l’église Santa Maria del Popolo

Caravaggio_-_Martirio_di_San_Pietro

trop occupé croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer- à chanter « Poo po po po po poo po » dans une rosalie de la villa Borghèse (jardins du Pincio).

rosalie

J’ai aussi raté la fresque de Michel-Ange au Vatican

Martyrdom_Michelangelo

Suivant l’adage « si ce n’est toi, c’est donc ton frère », je me suis contenté de la croix de André à l’église Saint-André-de-la-vallée:

st andre

L’occasion alors de voir une reproduction de la pietà, le chef-d’oeuvre de Michel-Ange étant lui protégé par une vitre pare-balles au Vatican.

Quatrième indice : la postérité

Puisque les papes sont les successeurs de Pierre, je mets un point d’honneur à ouvrir les portes des basiliques papales, dites majeures.

Et 1 avec la plus célèbre, la basilique St-Pierre. Point d’orgue : le baldaquin en bronze du Bernin au dessus du tombeau. Bronze piqué soit-disant au toit du Panthéon selon le dicton « déshabiller Pierre Hadrien pour habiller Paul Pierre ». Devant l’église, il y a la place du même nom et, en son centre, l’obélisque, sur le lieu même du martyre de l’apôtre.

Et 2 avec la basilique de St-Jean-de-Latran où se trouvent, au dessus d’un baldaquin, les reliques des crânes de Pierre et Jean.

Et 3 avec la basilique Ste-Marie-Majeure au sommet de l’Esquilin.

La dernière, la basilique St-Paul-Hors-Les-Murs, ne sera qu’aperçue sur le chemin du retour en direction de l’aéroport Fiumicino.

Enfin, à deux pas du colisée, petit pélerinage à la basilique St-Pierre-aux-liens. Le chef-d’oeuvre ici est le tombeau du pape Jules II par Michel-Ange. Mais, pour l’heure, je « me recueille » devant les chaînes de Mamertine

chaInes

Pourquoi cette en-quête sur St-Pierre ?

J’espère peut-être le trouver sur ma route, entre Jésus et moi, pour une vocation façon Saint-Matthieu :

Matthieu

(Jésus dans l’étoile, St-Pierre dans la flèche vers le bas, St-Matthieu dans le cercle)

Matthieu2

(détail de la Vocation de St-Matthieu, église St-Louis des Français à deux pas du Panthéon).

L’interpellation, l’ordre de Jésus avec un bras tendu et agressif combiné à une invitation plus fraternelle et moins autoritaire par Pierre.

L’index de Jésus rappelle le doigt de Dieu qui donne vie à Adam (Michel-Ange). Il fait aussi penser à la célèbre affiche « I want you » de Flagg destinée à recruter pour l’armée américaine en 1917 et à tous ses détournements dont

iwantyou

 

 

Chapelle Sex-teen

Lundi 11 mai 2015

Michel-Ange ! Mais quel Ange !

On lui commande pour le plafond de la Chapelle Sixtine des scènes de la Genèse, il peint un livre apocryphe selon la Jeu-Baise.

1 ) Chapelle…Tétine d’abord lorsque Eve, sur le point de faire une turlute à Adam, saisit le fruit défendu que lui présente le serpent. Curiosité du langage : la fellation est aussi désignée par l’expression « tutoyer le (souverain) pontife ». Pas de pape sans fumée !

tétine

(détail de « Adam et Eve chassés du paradis »)

2) Chapelle…Sex-teen lorsque de nombreux éphèbes nus et glabres – dont Adam (au plafond) et le Christ du jugement dernier (sur le mur de l’autel) – se tordent lascivement et s’offrent au spectateur.

ignudochrist jugement dernier

3) Toujours plus VIT, toujours plus HOT, toujours plus FORT.

Chapitre 1 de l’Evangile selon Saint-CUL : Dieu est une FOLLE, a-MEN !

MALune

(création du soleil et de la lune)

La preuve ? Robe rose avec un décolleté déculotté audacieux qui dévoile un fessier rebondi. Comme aurait pu le dire Jean-Baptiste, c’est « l’anus dei » qui élève le péché du monde.

Gestes impérieux mais aussi maniérés. Dieu minaude, Dieu est de la jaquette flottante. A Dieu le père , on chante : « papa-où-t’es ? » et Michel-Ange l’a outé : Dieu est un empapaouté ! Dura sex sed sex !

Et Dieu crée la pleine lune, en faisant une ronde. Pas de folle course PD-estre mais un mouvement or-bit-al, révolution autour du soleil qu’il vient de créer dans une sorte de quadrige (Dieu attelé à 4 anges).

Ainsi, Michel-Ange est doublement hérétique. Double pied de nez à l’Eglise : une représentation scandaleuse du divin cul nu d’abord et une adhésion à peine masquée à l’héliocentrisme de Poppers-Nique Copernic. La fesse est dite !

Aparté : mort de Michel-Ange en 1564, naissance de Galilée en 1564 et condamnation de Galilée (auteur du Messager des étoiles) pour hérésie en 1633

Galilée

Michel-Ange ne manque pas par la suite une occas de partager sa gay-té.

Par exemple, lorsqu’on s’arrête chez Bici&Baci (vélos et bisous), un Adam athlétique mais ramollo nous accueille

bici

Alors, on se laisse tenter : on pédale … autour du Colisée sans perdre son (Pa)-latin !

velo

Ensuite, au détour d’une promenade, on tombe sur une affiche 4 par 3 relative à une expo de David Lachapelle. Un coup de google et on retrouve la pietà :

pietaMA

(La pietà de la Basilique)

pieta

(La pietà de Lachapelle)