Canard

Je ne marche pas en canard. Avec mes jambes arquées, je suis plus Lucky Luke que Donald.

Pourtant les duels, les armes, la baston, c’est pas pour moi.

J’suis pas un gangster !

domchapeau(avec chapeau)

Je suis plutôt doux comme un agneau

dom(sans chapeau)

Mais il y a une fausse note, il y a un canard, derrière cette tranquillité apparente.

Je suis menteur…comme un canard. Je glisse avec une sérénité affichée déconcertante mais, pour peu que l’eau soit claire et que l’angle d’observation soit favorable, on peut lire dans la mare et on constate qu’en dessous  je rame, je pédale, je vibrionne.

Mais on ne la fait pas à Farineau, le bobo-logue des Alunés. Il palpe mes palmes, il ressent des tensions aux cervicales et une grande fatigue.

Mon pied me trahit ! Ma peau aussi, cette interface entre le monde et moi. Une peau détestable qui me fait crier : « allô maman bobo, comment tu m’as fait j’ suis pas beau ? »

Au niveau de mon avant bras gauche, sort une grande tâche blanche. Dépigmentation, on dirait Oia sur les sols volcaniques et arides de Santorin. Plus fort que Aluné, je deviens enfant de la lune ?

sunset-oia-santorini-greece

Les garçons, lassés par ma phobie du soleil, ont une hypothèse : ce sont les litres de crème solaire ingérés par la peau qui refont surface, une sorte de résurgence.

J’en ai une autre : et si cette tache traduisait le désir de « paraître plus blanc que blanc », une quête folle et perdue d’avance de l’exemplarité ? Pourquoi vouloir paraître plus lisse que je ne le suis ? Déjà transparent et sans beaucoup de relief, je devrais au contraire mettre un peu de farine dans mon eau pour épaissir mon tempérament et renforcer ma peau lisse police immunitaire.

A moins – soyons un peu optimistes – que cette première étape d’ »albinosation » n’annonce une transformation avantageuse, celle du vilain petit canard en un magnifique cygne blanc !

Laisser un commentaire