Biomimicry

Biomimicry en anglais, et 3 termes en français : bionique (vers 1960)/biomimétisme (vers 2000)/bio-inspiration (vers 2010), démarche qui consiste à observer la nature, comprendre un phénomène et l’adapter à l’échelle de l’homme, dans une finalité industrielle, médicale ou autre.

L’exemple le plus courant de la bio-inspiration : le fruit de la bardane qui s’accroche aux lacets et aux pantalons et sa déclinaison dans notre quotidien, le système de fermeture Velcro (velours/crochet).

Velcro

La compagnie d’assurances Generali s’inspire aussi de ces boules végétales, avec une technique marketing basée sur le viral.

Je contracte une assurance-vie. Le commercial (pardon, le conseiller), non content de faire une (petite) affaire, me sollicite pour mon carnet d’adresses. Le principe : je lui donne les numéros de mes proches, je les convaincs de l’intérêt d’un coup de fil du groupe qui n’engage en rien, et il appelle pour décrocher un rendez-vous à domicile.

Je lui explique que je ne suis pas un bon vendeur (façon gentille de lui signifier que je ne veux pas être ambassadeur de la marque comme Zidane, si je ne récolte pas les fruits de la publicité).

zizou

Moi trop velours, lui trop crochet, il insiste, fait fi de mon manque d’enthousiasme en me proposant un SMS-type à semer à tout vent.

Sa technique de « propagation » a déjà fait ses preuves dans la nature : « disséminer gratuitement et efficacement les graines ».

Le bouche à oreille, pourquoi pas ? – lui dis-je pour écourter poliment l’échange – le viral non.

Consommateur OUI, consom-amateur pas trop car je consomme parfois à mon corps défendant, consom-acteur dans la mesure du possible NON !

Réf : http://www.institut-paul-ricard.org/IMG/pdf/LettreIOPR2013-web.pdf et http://www.internetactu.net/2005/09/15/internet-viral/

Laisser un commentaire