parIS ou PARis ?

Jacques me montre gentiment du doigt dans les vestiaires et lance aux coéquipiers :

- Regarde comme il est maigre !

Venant de Jacques, c’est un compliment : il est en train d’expliquer mon activité sur le terrain, éminemment plus grosse que celles des vétérans plus âgés et bedonnants.

Puis il s’adresse à moi :

- tu sais que, s’il y a une guerre, toi, maigre comme ça, t’es le premier à partir.

Vingt minutes plus tard, après la douche, Romain ouvre son portable : « oh putain, ça tire à la kalash à Paris. »

Dans la semaine du vendredi 13 nov, je tombe sur une petite interview d’un certain P-J. Salazar. Ce dernier présente son livre  Paroles armées dans lequel il déconstruit le discours de l’Etat Islamique (IS=Islamic State en anglais).

« Etymologiquement, dit-il, « terroriser » signifie « chasser du territoire ». L’usage de la terreur par le Califat est un acte d’appropriation territoriale, ni plus ni moins.« 

Sous cet angle, le dessin ci-dessous, publié lundi par l’Obs, a une drôle de saveur après les attentats revendiqués par-IS:

parIS PARis ?

D’ailleurs, ce serpent séduisant qui « avanceee-avancee », c’est l’image mentale qui vient lorsque j’écoute le communiqué de Daesh (« enrobé d’un chant propagandiste »).

Même cette Marianne endeuillée fait trop d’honneur aux crevures de l’Etat Islamique, le bandeau noir-Daesh semblant gangréner le Bleu-Blanc-Rouge.

Marianne-en-deuil-couleur_carousel-item

Je préfère cette autre image : la République des Lumières qui bat en brèche l’obscurantisme, pour que le serpent du mal se morde la queue.

EN IMAGES. ''Pray for Paris'' : les hommages sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire