Buzz à tout prix ?

Deux oiseaux a 2 lecteurs à la Réunion, 4 ou 5 entre Alès et Montpellier, ce qui fait en arrondissant par excès 10 « followers ».

Les chiffres ne trompent pas : je ne suis pas un membre influent de la blogosphère.

J’écris ici en espérant être lu mais j’en ai pris mon parti : le succès est nul, je ne connaîtrai point la gloire à travers ma prose malgré tout le soin que j’y apporte.

Je me console comme je peux : « la qualité des critiques (applaudissements ou exaspérations) importe bien davantage que leur nombre. »

Et, des critiques, j’en reçois des salutaires, des vivifiantes.

  1. Lorsque je feins de redouter des représailles de la part de Sof après la publication ici-même d’une photo de celle-ci en maillot de bain alors que j’ai souhaité ardemment sa reprise et le buzz, Guillaume remet les horloges à l’heure : « ça va, tu ne vas pas nous en chier une pendule, en même temps ton blog a 3 lecteurs ».
  2. Une autre fois, Cyril sans prendre de gants : « j’ai commencé le dernier billet, ça m’a gavé au bout de deux lignes, j’ai zappé… »

J’accueille ces remarques âpres avec intérêt, elles m’autorisent par la suite à savourer sans frein les louanges parce que les éloges échappent du coup à toute suspicion de pollution par des considérations d’amitié.

Par ailleurs, je prends plaisir à ce genre de déconvenue car « une sorte de morosité naturelle m’enfonce dans cette résolution de rebuter (parfois) les lecteurs ». Je cultive « cette diversité d’humeur qui me force, aussitôt délivré d’un billet, de bondir à l’autre extrémité de moi-même et d’écrire potentiellement le moins capable de plaire. »

Remarque : j’ai découvert le joli mot « amphigouri », synonyme de galimatias. Je crois que le paragraphe précédent en est une jolie illustration.

Ne pas me tenir à un genre, ne pas consentir à suivre une route toute tracée, ne pas être où l’on me croit, être en définitive où il me plaît. Voilà sans doute un secret de longévité de deux oiseaux.

(Billet rédigé en pillant les pages 249:251 de Si le grain ne meurt, André Gide, Gallimard Folio)

 

Une réponse à “Buzz à tout prix ?”

  1. là j'ai pas zappé dit :

    vue d’un esprit simple ( Gare à l’ordonnancement des mots :) ou plus rationnel, si parfois ce n’était pas aussi galimatias, de « perché » tu perdrais le titre honorifique :)

Laisser un commentaire